Le chauffage

 

        Il existe plusieurs techniques pour chauffer un mélange réactionnel :

 

- au bain-marie avec de l’eau : on pose un cristallisoir sur une plaque chauffante et on immerge la partie à chauffer dans l’eau chaude. 

 

- au bain d’huile : on remplace l’eau du cristallisoir par une huile silicone, ce qui permet d’atteindre des températures plus élevées. On pourra placer un trombone déplié pour assurer une douce agitation de l’huile.

Attention à l’eau qui pourrait tomber dans l’huile chaude, ce occasionnerait des projections d’huile brûlante.

 

- au bain métallique : on utilise un alliage particulier (type alliage de Wood) fondant à une température raisonnable (en général aux environs de 70°C)

Attention cependant à la toxicité des métaux lourds.

 

- au bain de sable : il s’agit d’un lit de sable chauffé par une résistance dans lequel on place l’objet à chauffer. Il permet d’atteindre une température  d’environ 350°C mais du fait de l’inertie thermique du sable et de son manque de plasticité (souvenez-vous la dernière fois que vous avez essayer d’enfoncer votre pied de parasol dans le sable à la plage), on ne peux modifier la température simplement ni déplacer des objet dans le sable.

 

- au chauffe-ballon : on utilise un appareil qui s’adapte parfaitement au ballon et on fera attention à ne pas renverser de liquide sur les résistances.

Attention, certains vieux chauffe-ballons contiennent encore de l’amiante !

 

- pour le chauffage local de tubes, il existe des cordons chauffants à enrouler autour dudit tube, permettant d’atteindre des températures de 450°C.

 

Fig. 1 : Cordon chauffant

 

Récapitulatif des températures de chaque bain :

  

Bain chauffant

Gamme de température (°C)

Eau

0-80

Huile de paraffine

0-150

Huile de silicone

0-250

Glycérol

0-260

Bain métallique

70-350 (solide en dessous de 70°C)