Un nouveau motif pour les cellules solaires : le motif polybenzothiophène-thienopyrrole-dione se fait dorer la pilule

 

Les énergies dites renouvelables constituent une alternative de choix aux sources de courant tels les centrales thermiques et nucléaires. Parmi celles-ci, l’énergie photovoltaïque (conversion directe de la lumière en courant électrique) à vu son intérêt s’envoler avec la pose  de nombreux panneaux solaires partout dans le monde.

Cependant la plupart de ces panneaux sont à base de silicium et coûtent encore assez chers.

 

De nouvelles cellules solaires basées sur l’utilisation de polymères absorbants la lumière solaire sont aujourd’hui à l’étude avec pour principaux avantages : un faible coût de fabrication, un poids très faible et une bonne flexibilité.

Cependant ces systèmes souffrent encore de rendements de conversions de la lumière en courant faibles.

 

L’équipe menée par Mario Leclerc rapporte aujourd’hui ses travaux sur le sujet.

Après une étude approfondie des précédents dans le domaine, ils ont pensé que le motif thieno[3,4-c]pyrrole-4,6-dione pourrait être avantageusement être utilisé.

A l’aide d’un simple couplage organométallique entre la molécule précédente et un benzodithiophène, les chercheurs ont préparé le PBDTTPD.

 

 

Lorsqu’une cellule solaire composé de ce polymère et d’un accepteur a été soumise à de la lumière, elle a montré une efficacité de conversion de la lumière en courant de 5,5 %.

Un résultat tout à fait encourageant prouvant l’intérêt de ce nouveau polymère et laissant la place pour de futures améliorations !

 

 

Source : Zou Y., Najari A., Berrouard P., Beaupré S., Aïch B.R., Tao Y., Leclerc M., J. Am. Chem. Soc., 2010, DOI : 10.1021/ja101888b