Synthèse de boronates organiques via une addition de Michael énantiosélective

 

Depuis quelques dizaines d’années, les acides boroniques et leurs divers dérivés ont vu l’intérêt que leur porte la communauté chimique exploser en raison de leur utilisation dans la réaction de couplage de Suzuki et en tant que précurseur d’alcool ou d’amines.

Cette explosion a généré une demande pour le développement de voies d’accès à des boronates chiraux.

 

Il est connu que les boronates peuvent être transformés en alcool et comme les additions conjuguées de nucléophiles oxygénés sur un accepteur de Michael sont délicates, pourquoi ne pas réaliser une addition de Michael sur un accepteur portant déjà le boronate précurseur d’alcool ?

 

 

Cette approche a été récemment développée par Denis Hall.

Ainsi lorsque le dérivé 5 comportant le motif 1,8-diaminonaphtalène (dan) est placé en présence d’un réactif organomagnésien, d’iodure de cuivre et d’un ligand chiral dans le dichlorométhane – 78°C, le produit 6 est obtenu avec un rendement de 92 % et un excès énantiomérique de 95,5 %.

 

 

L’utilisation d’autres dérivés d’acides boroniques (ester pinacolboronique 1, adduits d’acide N-méthyldiamino acétique 3, trifluoroborate 4), ne s’est pas avérée concluante.

 

 

La réaction est compatible avec différents réactifs organomagnésiens (alkyls linéaires ou encombrés, aromatique) avec des rendements variants entre 50 et 92 % avec de très bons excès énantiomériques.

 

 

Source : Lee J.C.H., Hall D., J. Am. Chem. Soc., 2010, DOI : 10.1021/ja9104057