Ricine, la fin de la menace ?

 

La ricine est une protéine naturelle extrêmement toxique obtenue comme sous-produit d’extraction de l’huile de ricin. Sa grande toxicité en fait une arme potentiel pour des attentats terroristes.

 

Actuellement aucun traitement n’existe pour une personne contaminée mais la donne pourrait bien changer avec la découverte de Daniel Gillet et Ludger Johannes. En effet, lorsque le Rétro-2  est injecté à des souris, elles survivent à des injections de ricine dont la dose aurait du entraîner leur mort.

 

 

Le composé n’est pour le moment actif que s’il est injecté avant exposition à la ricine mais des recherches sont actuellement en cours pour tenter d’en faire un antidote.

Du point de vue mécanisme d’action, il semblerait qu’un fois la ricine entrée dans la cellule par endocytose, elle soit bloquée dans le cytosole, inhibant son action destructrice de ribosomes produisant les protéines dont la cellule a besoin.

Ce même produit pourrait être actif sur d’autre toxines agissant selon le même mécanisme que la ricine : la toxine de Shiga ou encore le choléra.

 

Source : Stechmann B., Bai S.-K., Gobbo E., Lopez R., Merer G., Pinchard S., Panigai L., Tenza D., Raposo G., Beaumelle B., Sauvaire D., Gillet D., Johannes L., Barbier J., Cell., 2010, 141, 231 et http://pubs.acs.org/cen/news/88/i16/8816notw6.html