Des nanotubes rectangulaires

 

Les nanotubes… S’il est courant d’en voir à paroi simple ou multiple il est en revanche beaucoup plus rare d’en rencontrer des rectangulaires. Mais tel est pourtant bien l’exploit réalisé par une équipe coréenne.

Pour arriver à ce résultat les chercheurs ont travaillé sur des porphyrines comptant des noyaux de type pyridine (des 5,10,15,20-tétra(4-pyridyl)porphyrines) qu’ils ont vaporisées dans un four placé à 450°C. Les vapeurs de porphyrines, entraînées par un courant d’argon jusqu’à une surface de carbone recouverte de silice, se sont condensées en formant des agrégats cristallins rectangulaires creux : des nanotubes.

 

 

En réalité les parois de ces nanotubes sont formées par un assemblage de plusieurs molécules de porphyrines maintenues ensemble grâce à différentes interactions : liaisons hydrogènes entre un atome d’hydrogène et l’azote du groupe pyridine et recouvrement orbitalaire (π-π stacking) entre les groupes pyridines.

 

 

L’intérêt de cette approche est qu’il devrait être possible de faire facilement varier les propriétés des nanotubes en fonction des porphyrines utilisées.

 

 

Source : Yoon, S.M.; Hwang, I.-C.; Kim, K.S.; Choi, H.C. Angew. Chem. Int. Ed. 2009, 48, 2506